Accueil » CULTURE » Les meilleures spécialités culinaires du Limousin

Les meilleures spécialités culinaires du Limousin

Parce que le limousin c’est aussi un paysage gastronomique varié, avec pour chaque département ses petits bijoux culinaires, votre empereur se devait de faire un top sur ce qu’il y a de meilleur dans son empire lémovice, avec la possibilité d’élire à la fin votre spécialité préférée.

. Le clafoutis

Source Image Wikipédia

Source Image Wikipédia

C’est l’emblème du Limousin (après la vache et les châtaignes – notez que je ne vous parle pas de la pomme Golden qui vient des US à la base). Son nom vient du mot patois clafi, « rempli », sous-entendu « de cerises » Uniquement avec des cerises, sinon ça s’appelle une flognarde (et c’est aussi bon) Mes préconisations pour une recette délicieuse :  GARDEZ LES NOYAUX !

 

.Le pâté de pommes de terre

Source Image http://www.tourisme-creuse.com

Source Image http://www.tourisme-creuse.com

Le « pastis de treflas » en version occitane, spécialité limousine très présente sur nos marchés, est une tourte briochée (et oui j’ai bien dit briochée!!! la pâte feuilletée n’étant qu’une variante de la recette originelle) garnie de rondelles de pommes de terre parfumées de persil et d’ail et souvent nappées de crème fraîche. Pour les carnivores on peut aussi trouver une autre variante régionale agrémentée de viande de porc (traditionnellement du petit salé). C’est une véritable célébrité locale, pour preuve son passage au journal de 13h d’une grande chaîne nationale dont je tairai le nom.

.Le boudin noir aux châtaignes

Source Image http://www.keldelice.com

Source Image http://www.keldelice.com

Les origines du boudin noir remonteraient à la Grèce Antique! WTF??  Mais je vous rassure le boudin noir aux châtaignes est bien une recette pur cru limousin. Traditionnellement fabriqué au moment où l’on tuait le cochon, il est composé de sang, de couenne, de gorge et de tête de porc (j’en connais qui ne mangeront plus jamais de boudin), d’oignons et de châtaignes, le tout assaisonné avec des clous de girofle. Par la suite, une enveloppe, en général du boyau de porc, est « embossée » (et oui c’est le terme consacré) avec ce mélange, puis cuite dans un bouillon. On peut les déguster chauds ou froids, accompagnés d’une purée de pommes de terre ou de quartiers de pomme fruit sautés au beurre. La recette est complexe mais pour les courageux qui voudraient se lancer, votre empereur vous recommande la recette de ce blog culinaire qui allie pédagogie et références culturelles.

.Le Cyrano

Source Image http://www.patissier-chocolatier-faure.fr

Source Image http://www.patissier-chocolatier-faure.fr

Originaire de Saint-Junien, le Cyrano est un pruneau d’Agen macéré dans une liqueur à l’orange, fourré de praliné et enrobé de chocolat. Il a été crée en 1970 par François Boursier, en hommage à Jean PIAT. Un véritable délice!! Fabrication artisanale. Si vous ne connaissez pas, vous pouvez en commander sur la boutique en ligne de la Pâtisserie, Chocolaterie Fabrice Faure. Mes pour vous mes petits Lémovices, je vous ai quand même dégoté la recette secrète sur le blog cannelle et piment qui nous l’offre en PDF

 .La fondue creusoise

Source Image http://www.lacreuse.com

Source Image http://www.lacreuse.com

Aussi appelée Fondu Creusois par les puristes, elle est concoctée le plus souvent à partir de camembert au lait cru (qui remplace le fromage de pays « le creusois »), de crème, de beurre et d’un peu de farine. Idéale pour une soirée décontractée entre amis elle se savoure accompagnée de pommes de terre en robe des champs ou sautées. Pour vos longues soirées d’hiver, je vous offre la recette et l’histoire du creusois.

. La farcidure

Source Image http://www.france-voyage.com

Source Image http://www.france-voyage.com

Institution corrézienne la farcidure est réalisée à base de pommes de terre râpées accompagnées de lard gras et de divers aromates (ail, persil, poireaux et oseille) puis façonnées en petites boules et pochées dans un bouillon de petit salé et d’andouille. Presque portée au rang de religion par certains, une chanson lui a même été consacrée: « La Rumba des Farcidures »

.Le milhassou

Source Image http://www.brive-tourisme.com

Source Image http://www.brive-tourisme.com

Souvent confondu avec la farcidure, le milhassou, originaire du pays d’Egletons, est une autre version de cette recette qui varie selon la ville d’origine des corréziens qui la préparent. Toute la différence du milhassou réside dans sa présentation en  forme de galette et dans sa cuisson qui, cette fois-ci, est réalisée à la poêle. Petite anecdote : c’est la recette que François Hollande a présentée en 2011 pour la réalisation du livre  « La Cuisine de la République » rassemblant les recettes emblématiques de leur terroir de 177 députés. Pour cuisiner comme un Président normal, voici la recette.

.Le massepain

Source Image http://www.limandyou.com

Source Image http://www.limandyou.com

Cette pâtisserie, spécialité de Saint-Léonard de Noblat, nous vient de la tradition des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Savant mélange d’amandes, de sucre et de blanc d’oeufs, la recette précise du massepain de Saint-Léonard reste un secret qui se transmet de génération en génération de pâtissiers. Depuis 1991 il existe même une Confrérie des Compagnons du Massepain. En bonus, un petit tuto vidéo extrait des Carnets de Julie en Haute-Vienne,  où Frédéric Rougerie, un des co-fondateurs de la confrérie partage sa propre recette.

.Le galetou (ou tourtou)

Source Image http://www.franceregion.fr © CRT Limousin

Source Image http://www.franceregion.fr © CRT Limousin

Galetous dans la région de Limoges ou tourtous en Corrèze, ces galettes préparées à base de farine de sarrasin ou de blé noir étaient considérées comme la nourriture du pauvre et remplaçaient le pain. Elles accompagnaient généralement un civet ou un ragoût mais aujourd’hui on les déguste le plus souvent à l’apéritif, tartinées de rillettes ou de grillons, ou au dessert, avec du fromage blanc, de la confiture ou du miel. Pour le tourtou point de tuto mais, en avant la musette!!!

.Les couilles de moutons

Source Image http://jeromeestebe.blog.tdg.ch

Source Image http://jeromeestebe.blog.tdg.ch

Aussi appelées animelles ou amourettes, elles sont une spécialité tripière de notre région. Préparées avec une persillade, elles sont très prisées par les limousins mais souvent boudées par les profanes. Il faut dire que c’est tout un art de réussir des bonnes couilles de mouton. Donc: méfiez-vous des imitations!! Deux dates à ne pas oublier si vous voulez déguster des couilles de mouton dans une ambiance festive: la Frairie des Petits Ventres (en octobre) qu’on ne présente plus et les Moutonnades de Bénévent-l’Abbaye (en août) que je vous invite à découvrir.

.La bréjaude

Source Image http://www.keldelice.com

Source Image http://www.keldelice.com

Cette soupe du Limousin préparée avec du chou vert, des carottes, des raves, des pommes de terre et du poireau doit son nom au lard que l’on « brèje » (écrase) avec du gros sel à mi-cuisson afin qu’il ne reste plus que la couenne ou « bréjou ». On la sert « trempée » c’est à dire que l’on garnit son assiette de tranches de pain de seigle rassis sur lesquelles on verse le bouillon puis on rajoute les légumes et le lard et enfin un morceau de couenne. Je vous laisse découvrir les détails de ce sacro-saint rituel gastronomique.

.Le creusois

Source Image http://www.lacreuse.com

Source Image http://www.lacreuse.com

Comme son nom l’indique c’est LA spécialité pâtissière creusoise. D’après la légende, la recette de ce gâteau pur beurre aux noisettes aurait été découverte sur un parchemin du XVème siècle provenant des ruines d’un ancien monastère de la région de Crocq. Aujourd’hui, seule une vingtaine de pâtissiers, tous membres de l’Association le Creusois, sont autorisés à fabriquer ce gâteau sous l’étiquette « Le Creusois » en respectant scrupuleusement la recette. Pour savourer l’histoire du creusois en images suivez le guide.

.Le treipaïs

Source image http://on-deconne-pas-avec-la-bouffe.over-blog.com

Source image http://on-deconne-pas-avec-la-bouffe.over-blog.com

En 2001, constatant l’absence de spécialité régionale, une vingtaine de pâtissiers hauts-viennois, creusois et corréziens décident de se réunir afin d’élaborer une recette commune. Après maintes réunions et un peu plus de 150 essais, ils finissent par arrêter les 3 éléments de base de la recette: la noisette, le marron et le chocolat. Le marron et le chocolat sont déclinés en 2 mousses, disposées sur un praliné croustillant à la noisette et entourées d’une dacquoise à la noisette, le tout nappé d’un glaçage chocolat. Le Treipaïs ou « trois pays » en patois limousin se présente sous forme de triangle arrondi, symbole des 3 départements. Le nom et le secret de fabrication sont des marques déposées. Donc, ne cherchez pas la recette, car c’est un secret extrêmement bien gardé!!! Mais si vous voulez le goûter, tous les points de vente en limousin ici.

.La cornue

Source Image http://boudinochataigne.canalblog.com

Source Image http://boudinochataigne.canalblog.com

Il ne faut pas se fier aux apparences car, malgré sa forme suggestive, la cornue est la plus pieuse de nos recettes. Cette brioche est tout spécialement préparée pour la fête des Rameaux, et elle peut être accrochée aux rameaux de buis qui seront bénis lors de la célébration religieuse. Toutefois il n’y a pas de fumée sans feu! En effet, la cornue est à l’origine une recette païenne celtique et les trois « cornes » qui la composent évoquaient clairement un symbole phallique conforme aux rites de fertilité de l’époque.  Pour ceux qui voudraient en apprendre un peu plus sur son histoire et découvrir la recette j’ai l’article qu’il vous faut.

.La potée limousine

Source Image http://www.cuisineactuelle.fr

Source Image http://www.cuisineactuelle.fr

Que serait la gastronomie Limousine sans sa fameuse potée!!! D’aussi loin que je me souvienne le doux fumet de cette recette préparée par ma grand-mère a bercé mon enfance. C’est un plat rural traditionnel préparé le plus souvent avec du petit salé et de l’andouille cuits dans un bouillon et accompagnés de divers légumes. Le bouillon dégraissé est servi en entrée avant de manger la viande et les légumes en plat. Dans ma famille nous avions même l’habitude de récupérer les restes de viande pour concocter un hachis parmentier. Pour suivre la recette pas à pas je vous invite à regarder cette petite Escapade culinaire en Limousin.

 .La mique

Source image http://lewebpedagogique.com

Source image http://lewebpedagogique.com

On ne pouvait pas évoquer la potée sans parler de sa fidèle compagne corrézienne: la mique! Cette boule de pâte à pain cuite dans un bouillon accompagne en général la potée ou le petit salé. Parfois appelée farce dure (à tort, car maintenant vous savez tous que la farcidure se prépare avec des pommes de terre) on la retrouve aussi sous d’autres variantes en Périgord, dans le Lot et le Quercy. Pour une démonstration de préparation de cette recette je laisse la parole à Bernadette, une vraie corrézienne pur cru!

 

Et maintenant que votre estomac gronde, je vous propose de voter pour élire vos plats préférés

Quelle est votre spécialité préférée? (5 choix possibles)

View Results

Loading ... Loading ...

 

 

 

 

 

1 Comment

Répondre à Didier Ducouchou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>